Sommaire

 

Les maladies des poumons sont diverses mais s'attaquent toutes à la capacité respiratoire de la personne affectée. Le nodule pulmonaire en fait partie, au même titre que la mucoviscidose, l'emphysème pulmonaire ou la brochopneumopathie chronique obstructive.

Nodule pulmonaire : des nodules bénins ou malins

Les nodules qui font leur apparition au niveau du poumon peuvent être :

  • des micronodules s'ils mesurent moins de 7 mm de diamètre ;
  • des nodules si leur taille est comprise entre 7 et 30 mm de diamètre ;
  • des masses s'ils font plus de 3 cm.

Cette petites formations arrondies ou ovalaires anormales, mais entourées de tissu pulmonaire sain peuvent être bénignes ou malignes.

Cancer

Article

Lire l'article Ooreka

Nodules bénins

Certains éléments font pencher en faveur de nodules pulmonaires bénins :

  • le patient a moins de 35 ans et c'est le plus souvent une femme ;
  • le nodule fait moins de 20 mm ;
  • ses contours sont lisses, nets et bien délimités ;
  • il n'augmente pas de taille pendant plus de 2 ans.

Les nodules pulmonaires sont souvent bénins lorsqu'ils accompagnent certaines pneumopathies telles qu'une fibrose pulmonaire, une infection (histoplasmose, échinococcose, etc.) ou une tuberculose.

Nodules malins

En ce qui concerne les nodules pulmonaires malins, on retrouve les caractéristiques suivantes :

  • le patient est âgé de plus de 45 ans et est le plus souvent un homme, a fortiori s'il est fumeur (l'une des causes du cancer du poumon) ;
  • le nodule fait plus de 3 cm (le risque est augmenté de 10 % pour chaque millimètre de diamètre supplémentaire) ;
  • ses contours sont mal délimités (on aperçoit des lobes ou des spicules) ;
  • plus les nodules sont nombreux, plus la probabilité pour qu'il s'agisse d'une formation maligne augmente (notamment au-delà de 6) ;
  • la localisation importe :
    • plus les nodules sont situés au niveau de la base des poumons (vers le bas), plus il y a de probabilité pour qu'il s'agisse de métastases (c'est dans cette zone que la vascularisation est la plus importante) ;
    • plus ils sont situés haut, plus il y a de probabilité pour que ce soit un cancer du poumon primitif.
  • par ailleurs, il existe des nodules pulmonaires solitaires qui sont malins dans 40 % des cas, liés à un granulome dans 40 % des autres et bénins dans les 20 % restants.

Les nodules pulmonaires malins se retrouvent souvent en cas de cancer bronchique (notamment le carcinome bronchiolo-alvéolaire), de cancer du poumon métastasé ou de lymphome. Tous les cancers du poumon sont susceptibles d'entraîner la formation de nodules pulmonaires.

Diagnostic de bénignité ou de malignité

La différenciation entre les nodules bénins ou malins n'est pas toujours évidente à faire. Même si l'anamnèse (antécédents médicaux) du patient et les examens d'imagerie médicale font pencher pour un diagnostic plutôt que pour un autre, la question reste complexe. Il est cependant important de préciser que les nodules pulmonaires sont le plus souvent bénins.

Plusieurs examens sont mis en place pour établir un diagnostic :

  • La radiographie pulmonaire n'est utile que si l'on dispose d'anciens clichés qui permettent de constater que le nodule augmente ou non en taille.
  • Le scanner permet :
    • de déterminer la taille du nodule ;
    • de savoir s'il est isolé ou non ;
    • de le localiser précisément ;
    • d'étudier sa morphologie (ce qui peut conduire ou non à procéder à d'autres examens).
  • Le meilleur examen est la tomographie par émission de positrons (examen d'imagerie médicale par injection d'une molécule radioactive dans l'organisme).
  • La bronchoscopie permettant de visualiser l'intérieur des bronches, elle peut aussi se révéler intéressante pour étudier les nodules de plus de 2 cm.
  • Il est également possible de procéder à une ponction trans-thoracique si le nodule à étudier est situé en périphérie du poumon (fiabilité de 90 %).

Prise en charge des nodules pulmonaires

Les nodules pulmonaires peuvent être pris en charge de 3 façons différentes en fonction de leur nature. Ils vont :

  • soit rester sous surveillance si la probabilité de nodule malin est faible ;
  • soit faire l'objet d'un bilan diagnostique ;
  • soit être retiré par chirurgie lorsque la suspicion de cancer est élevée.

Aussi dans la rubrique :

Symptômes et diagnostic

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider