/

Cancer du poumon

/

Accueil

Cancer du poumon, le guide

Cancer du poumon

Le cancer du poumon est l'un des cancers les plus fréquents et les plus mortels de tous. Le dépistage souvent tardif, les symptômes lourds sur la fonction respiratoire et les récidives fréquentes expliquent cette situation. Le tabagisme en est la principale cause, mais pas la seule.

Ce site va vous aider, en toute indépendance et avec des mots simples, à mieux comprendre pour bien choisir...

Causes et symptômes

Comprendre les symptômes et causes du cancer du poumon

Voir les articles
Prévention et traitements

Prévenir et traiter le cancer du poumon

Voir les articles

Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
gabriel choukroun

ostéopathe d.o. - ostéopathie émotionnelle | osteomind consult

Expert

CG
céline garreau

bioénergéticienne, libération du péricarde | de la pierre à la lune

Expert

peggy caperet

cabinet de psychologie - psychothérapie à paris

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts

Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Cancer du poumon, l’essentiel en une page

La page ci-dessous vous donne un aperçu des chapitres et messages principaux abordés dans notre guide sur le cancer du poumon. Pour en savoir plus, cliquez sur les liens de votre choix.

Les poumons et leurs pathologies

Pour bien comprendre ce qui se passe en cas de cancer pulmonaire, il est important de bien comprendre l'anatomie des poumons et de la cage thoracique.

On y trouve :

  • les voies aériennes supérieures (trachée et bronches notamment) ;
  • les poumons avec leurs alvéoles (petites cavités, placées à l'extrémité des bronches, où s'effectuent les échanges gazeux) ;
  • le médiastin (entre les deux poumons).

Par ailleurs, pour bien distinguer le cancer du poumon des autres pneumopathies, il est important de connaître les principales maladies des poumons à savoir :

Caractéristiques du cancer du poumon

Le cancer du poumon, ou cancer bronchique ou encore cancer bronchopulmonaire, est une maladie qui affecte les cellules des bronches ou des poumons. Il existe 2 grands types de tumeur du poumon :

  • les tumeurs du poumon bénignes ;
  • les tumeurs du poumon malignes.

Parmi ces dernières, on distingue :

  • les cancers du poumon non à petites cellules qui représentent 85 à 90 % des cancers du poumon ;
  • les cancers du poumon à petites cellules beaucoup plus virulents et qui ont tendance à très rapidement entraîner la formation de métastases.

Le cancer des poumons est le cancer le plus fréquent de tous comme en attestent les statistiques qui estiment qu'il est responsable de 1,35 million de nouveaux cas par an dans le monde et de 1,18 million de décès, notamment dans les pays occidentaux. De ce fait, le pronostic du cancer du poumon est assez pessimiste.

La principale cause du cancer du poumon est la consommation de tabac. C'est d'ailleurs ce qui explique que le nombre de victimes de ce cancer ne cesse d'augmenter, puisque depuis quelques années les femmes fument tout autant que les hommes. De nombreux cancers des poumons féminins viennent donc s'ajouter au nombre déjà élevé de cancers pulmonaires masculins.

Toutefois le tabac n'est pas le seul responsable et quoiqu'il constitue un facteur de risque majeur du cancer du poumon, il ne faut pas négliger des éléments tels que les expositions professionnelles, la pollution atmosphérique, l'amiante, le radon, l'alimentation, etc.

Diagnostic du cancer du poumon

Le diagnostic est essentiel, mais il est souvent posé assez tardivement, lorsque les symptômes du cancer du poumon deviennent manifestes. Il n'existe en effet aucun dépistage systématique de cette maladie. De plus, tant que la pathologie évolue discrètement, c'est-à-dire sans entraîner de symptômes, elle passe inaperçue. Lorsque le cancer est diagnostiqué, il est alors souvent à un stade déjà avancé.

On comprend donc le rôle essentiel de la prévention qui permet d'intervenir en amont. Elle passe notamment par la consultation spontanée d'un pneumologue par les personnes à risque (fumeurs, professionnels évoluant au contact de substances cancérigènes, personnes ayant des antécédents de maladies des poumons, etc.).

Traitement du cancer du poumon

Selon l'importance du cancer au moment de son diagnostic, le traitement du cancer du poumon peut varier. En effet, il est important d'adapter le traitement :

  • à la localisation du cancer ;
  • à son type (non à petites cellules ou à petites cellules) ;
  • à son étendue (avec ou sans métastases) ;
  • à l'état général du patient ;
  • à sa capacité respiratoire.

Dans tous les cas, l'objectif est triple :

  • guérir le cancer en détruisant la tumeur et les cellules cancéreuses éventuellement disséminées dans l'organisme ;
  • empêcher l'évolution du cancer ;
  • réduire les symptômes liés à la maladie.

Trois traitements majeurs

Le traitement choisi peut être la chirurgie si le cancer est localisé. L'opération peut éventuellement être précédée ou complétée par une radiothérapie ou une chimiothérapie. Bien menée et accompagnée d'un curage ganglionnaire (ablation des ganglions lymphatiques voisins), l'exérèse de la tumeur peut réduire les risques de récidives de cancer du poumon malheureusement fréquentes.

La radiothérapie et la chimiothérapie peuvent aussi être utilisées isolément :

  • soit pour détruire les cellules tumorales ;
  • soit pour avoir une action sur l'ensemble de l'organisme (afin d'éliminer toutes les cellules cancéreuses).

Néanmoins, la chimiothérapie du cancer du poumon a des effets secondaires notables qui compliquent parfois sa mise en œuvre.

Bon à savoir : la radiothérapie peut aussi intervenir avant la chirurgie du cancer du poumon afin de réduire la taille de la tumeur et ainsi faciliter son ablation.

Traitement endobronchique

Outre ces trois traitements majeurs, il est possible d'avoir recours à l'endoscopie bronchique. Elle consiste à introduire par le nez ou la bouche un tuyau souple qui va permettre d'intervenir au niveau des bronches :

  • soit pour réduire la taille de la tumeur ;
  • soit tout simplement pour l'éliminer.

Cette méthode est intéressante pour pouvoir très rapidement retirer une tumeur qui obstrue les voies respiratoires.

Greffe du poumon

La greffe du poumon est également une possibilité quoiqu'elle ne concerne que de façon tout à fait exceptionnelle les personnes présentant un cancer. En effet, cette opération très lourde et difficile à mettre en place est surtout utilisée pour les personnes malades de la mucoviscidose, présentant un emphysème ou une bronchopneumopathie chronique obstructive ou souffrant d'une fibrose pulmonaire majeure.

Malgré toutes les précautions prises pour éviter les infections post-opératoires et les rejets de greffon, seuls deux tiers des patients survivent. Ils ne sont plus que 50 % à être encore en vie trois ans après l'intervention.

Vaccin du cancer du poumon

Depuis quelques années, un vaccin du cancer du poumon est à l'étude. Il s'agit d'un vaccin thérapeutique c'est-à-dire qu'il n'exerce pas un rôle préventif comme la plupart des vaccins, mais un rôle curatif (destiné à soigner les personnes déjà malades). Il semble donner de bons résultats, mais les tests doivent se poursuivre avant de pouvoir espérer une éventuelle mise sur le marché.

Tant que ce type de traitement n'a pas fait les preuves de son innocuité (non toxicité), de sa fiabilité et de son efficacité, les patients doivent apprendre à vivre avec un cancer du poumon. Pour cela, ils peuvent se faire aider par les structures médicales et leurs intervenants : psychologues, oncologues, kinésithérapeutes, assistantes sociales, etc.


Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !
Vous êtes déjà inscrit à notre newsletter.